Pendant des mois, les Elus Vivre à Treillières se sont vu refuser l’accès au rapport réalisé sur le site des Bossins à la demande du maire. Il faut dire que depuis l’élection d’Alain Royer en 2012, cette décharge a vu son activité se développer et les déchets s’accumuler. Ce que démontre bien le rapport finalement remis ainsi que les photos jointes.

Les raisons pour lesquelles le maire ne souhaitait vraiment pas que ce rapport « tombe aux mains « des élus d’opposition : la mise en demeure dès juin 2018 de remettre ce site en état mais aussi l’estimation du coût de nettoyage qui figure dans ce rapport, pouvant aller de plusieurs centaines de milliers d’euros à plusieurs millions. Vraiment  » Une patate chaude pour la future équipe municipale « , comme le conclut Ouest-France ce matin.

Lire l’article complet

L’Infolettre de Mars 2020

6 mois d’actualité à Treillières…


Au sommaire :

  • Depuis 6 mois, il s’en est passé des choses…
  • « Aleop300 », un vrai problème pour les Treilliérains à la rentrée de septembre 2019 !
  • L’école maternelle Pauline Kergomard et les pesticides : face à un maire qui ne tient pas ses engagements
  • L’hippodrome éphémère du Dominu : le maire n’y serait pour rien, ce qui est sûr c’est qu’il ne fait rien !
  • Un Plan Climat Air Energie Territorial élaboré par Erdre et Gesvres, présenté au conseil municipal de novembre 2019, que nous avons salué pour sa qualité
  • Un bon exemple d’action : le Marché alimentaire de la cuisine centrale
  • L’ex-bibliothèque, « magasin de producteurs » et laverie automatique : location ou vente des locaux ?
  • D’où la question : que se passe-t-il réellement au sein de l’équipe d’Alain Royer ?
  • La décharge « sauvage » des Bossins : que voulait cacher le maire en ne voulant pas nous transmettre le rapport établi depuis plus d’1 an ?
  • Les Elus Vivre à Treillières soutenus par la préfecture exigent une totale transparence sur les « décisions du maire »
  • Une majorité municipale qui ne respecte pas les règles fixées par la communauté de communes
  • Et pour finir au dernier conseil, encore une délibération illégale : la vente du restaurant de la Treille à la commune !
  • Pas de repos pour les élus Vivre à Treillières depuis 6 mois !
  • Visitez notre site internet !
Continuer la lecture de « L’Infolettre de Mars 2020 »

« Les habitants de Ragon sont inquiets », comme le dit Ouest-France. À juste titre, vu les dangers qu’ils vivent au quotidien, en particulier entre le rond-point de Ragon et la sortie de la rue des Saules.

Il aura pourtant fallu des mois et des mois pour que le collectif obtienne enfin un rendez-vous avec la mairie. Mais sans la présence de la communauté de communes Erdre et Gesvres et du Département, pourtant demandée par le collectif et à priori promise par la mairie !

Lire l’article complet

Pour redorer son blason à 13 jours des élections, Alain Royer et son équipe tentent de faire voter la vente de la Treille à la commune.

Tenus informés par les élus Vivre à Treillières des projets de la majorité actuelle, préoccupés par le devenir de leur village, les habitants de la Ménardais tentent depuis des mois, sans succès, de se faire entendre et écouter. Pour redorer son blason à 13 jours des élections, Alain Royer et son équipe tentent de faire voter la vente de la Treille à la commune. Une idée portée par les Elus Vivre à Treillières. Problème : Alain Royer et son équipe utilisent des documents périmés qui doivent obligatoirement être renouvelés. La délibération est caduque et tout sera à reprendre après les élections !

Lire l’article complet