L’Infolettre de Mars 2018 – ÉDITION SPÉCIALE

Un hippodrome au Pigeon Blanc en toute illégalité :
la majorité municipale incapable de protéger notre environnement


Au sommaire :

  • L’histoire : de Ragon au Dominu
  • Le Dominu : un site très sensible
  • Un scandale environnemental : tout a été détruit !
  • Les élus de la majorité : ils n’ont rien fait pour l’empêcher
  • C’est grave : la justice s’en mêle
  • Le site à remettre en état
  • Visitez notre site internet !


L’histoire : de Ragon au Dominu

 

En 2015 et 2016, des courses hippiques ont été organisées à Treillières. Cette bonne initiative réitérait une ancienne tradition de courses. En effet, en son temps, Léon Zitrone était venu à Treillières commenter des courses hippiques et même de chameaux ! Vous avez bien lu…

Ainsi en 2015 et 2016, ces courses avaient lieu à Ragon, sur le terrain où se construit en ce moment le Decathlon. Evidemment, les travaux ont poussé les organisateurs à trouver un nouvel emplacement : au Dominu, derrière le «  »Bouchon Dansant », entre la Ménardais et le Pigeon Blanc. Des travaux ont eu lieu pendant l’été 2017 et en septembre nous avons tous pu constater l’aménagement sur près de 4 hectares avec au beau milieu de la zone la création d’un piste de 700 m.


Le Dominu : un site très sensible

 

Le Dominu en 2016 avant les travaux

Ci-dessus le site du Dominu : 4 hectares d’un secteur avec toutes les spécificités des zones humides. En 2012, une étude faite par des experts a classé tout le site en zones humides. Ci-dessous, un extrait de cette étude déposée en préfecture comme document opposable juridiquement.

En effet : prairies humides, haies bocagères à intérêt hydrologique, des bois humides, un cours d’eau… Ci-dessous : en bleu le cours d’eau, en vert, les zones humides.

Un site protégé et A PROTEGER absolument.

 


Un scandale environnemental : tout a été détruit !

De juin à septembre 2017, tout a été détruit : les bois ont quasiment disparu, 300 m de haies ont été coupées, les 170 m de cours d’eau comblés. Tout a été labouré, des centaines de m3 de remblais ont été déposés sur 2m d’épaisseur par endroit. Les photos parlent mieux que les mots …


Les élus de la majorité : ils n’ont rien fait pour l’empêcher

Tout élu sait que des travaux sur une zone humide de plus de 1 hectare nécessitent une demande d’autorisation : présentation des aménagements, étude d’impact, compensation, enquête publique si nécessaire…

Avant les travaux, le maire a été mis au courant du projet d’aménagement du secteur. Qu’a-t-il fait ? Il a donné une autorisation… ORALE !

Inconscience ? Incompétence ? Choisissez…

La protection de ces zones humides et des cours d’eau n’est pas une vue de l’esprit. Il suffit de lire la presse. Le 22 mars dernier, la presse régionale faisait état que seulement 11% des cours d’eau du département sont en bonne santé, alors que dans le reste de la France, c’est une moyenne de 43%. La protection de nos cours d’eau est donc une priorité. Est-ce normal que les élus n’aient rien fait pour empêcher le comblement de 150m de cours d’eau au Dominu ?


C’est grave : la justice s’en mêle

Devant un tel scandale environnemental, la justice a été saisie. Enquête, dépôt de plainte d’une association environnementale, services de l’Etat prévenus,…
Beaucoup de questions se posent et notamment comment l’entreprise de terrassement du chantier du Decathlon a pu venir vider des dizaines de camions de déblais.

Infraction au droit du sol et du Plan Local d’Urbanisme, infraction au droit de l’environnement, infraction à la protection de zones sensibles : la majorité municipale est restée spectatrice. Pourquoi ?

Quel paradoxe avec la propagande officielle du maire et de son équipe sur leur « total engagement » dans le développement durable. Il suffit de constater la façon dont la majorité s’associerait au futur festival musical qui va avoir lieu en mai et consacré à  » l’écologie, l’économie circulaire, la sauvegarde environnementale, le développement durable « . Position vraiment sincère ?

Et la majorité continue de manquer à tous ses devoirs : jusqu’à aujourd’hui, aucune constatation officielle n’a été faite par les services municipaux, aucun procès verbal de la police municipale n’a été dressé, aucun dépôt de plainte. Pourquoi ? Quand quelques jeunes perturbent l’ordre public, la majorité a été bien plus prompte à prendre des mesures radicales et d’ailleurs complètement disproportionnées -décision déboutée en référé par le Tribunal Administratif en 2016-, mais force est de constater que l’environnement ne suscite pas le même émoi de la part de nos élus majoritaires. Incompétence, manque d’intérêt ? Dans un cas comme dans l’autre, c’est inadmissible.


Le site à remettre en état

Notre position est très claire :

– le site doit retrouver ses caractéristiques environnementales, c’est une priorité.

– le maire et son équipe doivent être mis face à leurs responsabilités.


Visitez notre site internet !

Après avoir été victime de « hackers » en 2016, notre site internet a rejailli de ses cendres !

Vous y retrouverez toutes nos newsletters, nos expressions politiques diffusées dans le magazine municipal et nos tracts.


Rendez-vous très bientôt pour de nouvelles informations.


Cette Infolettre vous plait ?
Diffusez-la à vos amis, à vos voisins ou à votre famille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *