L’Infolettre d’Avril 2018

« Un mot aimable est comme un jour de printemps » : il serait temps que le printemps arrive au conseil municipal ! 


Au sommaire :

  • Conseil municipal de mars : d’abord l’insulte…
  • … et ensuite l’agression !
  • La cantine : pas plus de bio mais des tarifs qui augmentent
  • Les travaux à la Ménardais vont commencer
  • Nouveau parking près du château : nous avons été écoutés
  • Non à la supérette à la place de la bibliothèque, oui à un espace pour les nouveaux types de travailleurs
  • C’est officiel : 252 logements commencés en 2017
  • Visitez notre site internet !


Conseil municipal de mars : d’abord l’insulte…

 

26 mars, soir de conseil municipal, Hélène Jalin, une élue de Vivre à Treillières, intervient sur une délibération. Dans le public, parmi les ardents défenseurs de la majorité, l’un d’eux commente suffisamment fort pour être entendu « ah qu’est-ce qu’ils sont cons ! ».

D’autres commentaires et quolibets indistincts entraînent l’approbation et des rires du petit groupe, mais le conseil continue comme si de rien n’était. Rappelons que pendant les conseils municipaux, toute intervention de l’assistance est interdite. Et il revient au maire de faire respecter cette interdiction, de façon à ce que les débats puissent avoir lieu et que les élus puissent s’exprimer sans aucun problème.


… et ensuite l’agression !

Après la fin du conseil, Hélène Jalin, première visée par les insultes, interpelle en sortant une des personnes de ce petit groupe en disant, avec le sourire : « Quand on se fait traiter de con, ça s’entend… »

Erreur fatale ! Ce monsieur lui saisit le bras, l’amène à reculer jusque dans la porte de la salle et la menace. « Maintenant je connais votre tête, vous verrez quand on se croisera dans la rue ! » Puis maîtrisant toujours aussi peu ses nerfs, il s’en prend à Joëlle Chesnais, ancienne élue Vivre à Treillières, présente dans le public, en lui hurlant dessus et en l’obligeant à reculer dans les chaises au risque de la faire tomber. Ensuite, il lance à Martine Morel, également ancienne élue V.A.T. et présente dans le public, une réflexion bien sexiste : « Je vais en parler à votre mari ! »

Démocratie, où es-tu ?

Nos élus aiment être pris au sérieux. Mais insulte, agressivité, agression physique, menace et propos sexiste, ça fait quand même un peu beaucoup comme marques d’attention !

Voilà tout le respect que méritent nos élus pour cette poignée de personnes ? Nos 6 élus qui sont mandatés par une petite moitié de la population quand même, qui ne comptent pas leurs heures sur leur temps personnel pour défendre l’intérêt général, et pour 30 euros par mois… Quel manque de correction…

Notre maire, pourtant juste à côté de ce piètre personnage est resté impassible durant toute l’altercation ne daignant à aucun moment faire taire ce triste individu. Force est de constater qu’il a été dépassé par l’évènement, qu’il n’a pas su agir. Nous espérons qu’il saura se reprendre et recadrer ses sympathisants comme tout maire conscient de ses devoirs le ferait en pareille circonstance.

La démocratie, c’est précieux et fragile. C’est dans les détails de son application qu’on la renforce. Nous ne sommes pas toujours d’accord avec nos adversaires politiques, mais jamais nous ne les traiterons avec un tel manque de respect. Ce n’est pas dans nos valeurs.


La cantine : pas plus de bio mais des tarifs qui augmentent

La majorité augmente les tarifs de certains services à la population. Pour quelle raison ? A cause de l’inflation nous dit-on. Soit, mais nous faisons remarquer que cette inflation est sélective à Treillières : elle choisit d’impacter seulement certaines prestations aux habitants, pas toutes. Bizarre… Poussons l’investigation…

Parmi ces services à la hausse, la restauration scolaire. Mais la cantine ne livre-t-elle pas de plus en plus de repas ? Bien sûr nous répond la majorité et cela permet donc de faire des économies d’échelle. D’accord, donc pourquoi augmenter les tarifs, il doit bien y avoir autre chose…

On a trouvé : c’est parce que la part du bio et du manger local est plus importante dans la composition du repas ? Mauvaise pioche. La part du bio et du local restera désespérément minime à Treillières. Vous l’aurez compris, on ne sait toujours pas pourquoi les tarifs augmentent, et ce n’est pas faute de chercher à comprendre.

Quel dommage que la municipalité n’ait aucune ambition dans ce domaine du bio et du manger local. C’est bien une différence qui nous sépare. La majorité s’enferme même dans le déni. En effet, la première adjointe a rajouté qu’aucune demande des parents n’allait dans ce sens. Faux. Les représentants des parents d’élèves l’ont demandé à plusieurs reprises lors des conseils d’école. L’information n’est pas remontée jusqu’aux décideurs ?


Les travaux à la Ménardais vont commencer

Dans quelques semaines les travaux vont commencer pour aménager la route départementale à la Ménardais. Les travaux vont durer 3 ans. Cette année, ce sont les aménagements des accotements pour les piétons et les vélos le long de la rue de Nantes qui vont permettre de sécuriser tout le secteur.

L’année prochaine un giratoire avec la rue de Sautron sera créé. Et en 2020, c’est la rue de Sautron qui sera à son tour pourvue des cheminements pour piétons et vélos. Des travaux qui sont nécessaires et sur lesquels nous sommes d’accord. Reste à organiser la circulation pendant toute la durée de ces travaux.


Nouveau parking près du château : nous avons été écoutés

L’accès et le stationnement près des équipements municipaux sont déjà un vrai problème (et ce n’est pas fini !). Chacun peut le constater avec les écoles actuellement en travaux, l’école de musique, le château… La majorité ayant du mal à trouver des solutions, nous en avons proposé une, concernant le château.

En 2017, la municipalité a décidé d’interdire l’accès au château en fermant les grilles à 19H30. Pour toutes les personnes des associations utilisant les salles autour du château, c’est problématique. Stationnement anarchique devant les grilles, manœuvres difficiles… La galère ! Emmanuel Renoux avait demandé la création d’un petit parking dans le bois à côté du château lors d’une commission Aménagement il y a quelques mois. Au milieu de ce bois, il y a eu autrefois un terrain de basket en extérieur. Abandonné, la nature avait repris ses droits. Cette solution n’était pas totalement satisfaisante puisqu’elle nécessitait de la coupe d’arbres, mais elle présentait quand même quelques avantages : le bois était communal et la structure du sol avait déjà été travaillée. Quand il faut trouver des solutions, il faut parfois être pragmatique et faire quelques concessions…
Ne boudons pas notre plaisir : la majorité a repris notre proposition et l’a vite mise en en application. Saluons le, ce n’est pas courant.


Non à la supérette à la place de la bibliothèque,
oui à un espace pour les nouveaux types de travailleurs

Nouvel épisode dans le dossier de l’implantation d’une supérette dans le bourg, implantation voulue et financée par la majorité et contre laquelle nous nous sommes toujours opposés.

Rappel des faits.
Le maire et son équipe ont décidé de dépenser 450.000 euros avec l’achat d’un local dans les bâtiments qui se construisent devant la mairie pour y installer une supérette qui y paierait un loyer. Changement d’avis : ce local va servir à y implanter un restaurant. Donc la majorité veut installer un restaurant… à 20 m du restaurant de la résidence Senior, qui a tant été mis en avant par la même majorité car pouvant aussi profiter aux Treilliérains et pas seulement aux habitants de la résidence. Drôle de façon d’organiser la concurrence… Et la supérette ? Elle sera alors installée dans les locaux de la bibliothèque actuelle qui seront libres début 2019 lorsque la médiathèque ouvrira.

Nos questions sont toujours les mêmes :
– pourquoi la commune achète des locaux pour implanter ce restaurant et un autre commerce et ainsi subventionne leur installation ? C’est injuste pour les commerces existants qui ont dû financer leur acquisition et leur activité.
– pourquoi installer une supérette dans le bourg alors que le Super U va s’agrandir en restant juste à côté de son emplacement actuel, donc si proche du bourg ? Créer une telle concurrence frontale et déloyale avec nos commerces de proximité, est-ce responsable pour assurer leur avenir et leur survie ? Où est la concertation avec les commerces existants, les habitants, les clients ?

Notre proposition :
– renoncer à acheter des locaux aux promoteurs en face de la mairie et engager ce budget dans la rénovation énergétique des salles de sport et bâtiments municipaux.
– transformer les locaux de la bibliothèque en un vaste espace d’accueil pour les « nouveaux » travailleurs : co-working, télétravail, travailleurs nomades… La commune accompagnerait ainsi ce nouveau phénomène et mode de travail qui se développe beaucoup dans le péri-urbain. Et cela ferait plus d’activités économiques à l’intérieur du bourg, ce qui serait certainement un plus pour l’activité de nos commerces du bourg.


C’est officiel : 252 logements commencés en 2017

Les chiffres officiels de la commune viennent d’être diffusés : 252 logements ont été commencés durant l’année 2017. En comptant le temps de construction, cela veut dire que plus de 250 familles vont s’installer d’ici la mi-2019 : 600 à 700 personnes.

La population va augmenter en un an de 6 à 7 % : du jamais vu ! La majorité s’est engagée dans une course pour faire grossir notre commune. Elle a donc forcément mis de côté pour investir et adapter les équipements municipaux dont nous aurons besoin dans 2 ou 3 ans… Et non, elle préfère déjà nous endetter massivement (voir notre infolettre de février). Nous sommes très inquiets. Est-il vraiment raisonnable de se lancer dans un tel développement avec si peu de capacités financières en face ?


Visitez notre site internet !

Après avoir été victime de « hackers » en 2016, notre site internet a rejailli de ses cendres !

Vous y retrouverez toutes nos newsletters, nos expressions politiques diffusées dans le magazine municipal et nos tracts.


Rendez-vous très bientôt pour de nouvelles informations.


Cette Infolettre vous plait ?
Diffusez-la à vos amis, à vos voisins ou à votre famille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *