Expression politique du groupe d’élus Vivre à Treillières – Mai 2015

Qu’en est-il réellement de la politique énergétique de la municipalité ?

Vous l’avez découvert dans le magazine d’information du mois d’octobre 2014, la municipalité de Treillières a décidé de s’engager dans la maîtrise des consommations énergétiques de l’éclairage public et des bâtiments communaux.

Qu’apprenions-nous dans ce magazine ?

Le premier volet, la rénovation de l’éclairage public, avait débuté par la pose de 73 candélabres à LED. La réduction de consommation attendue était de 50%. Aujourd’hui, nous n’avons aucun retour sur la réelle diminution de consommation.

Le deuxième volet portait sur la réduction de consommation des bâtiments communaux. Sur ce point, c’est plus qu’insuffisant. Mis à part quelques ajustements de contrat EDF, rien de consistant n’a réellement été engagé.

Pourtant, un programme de rénovation du complexe Olympie-Kodokan-Athéna a été annoncé aux associations. Il consiste à investir 20.000€ en 2015 puis 70.000€ sur les 5 années suivantes. Cela manque de sérieux quant on connait le simple coût de rénovation de l’isolation de ce seul complexe : 500.000€ ! Coût auquel il faut ajouter celui de la rénovation des chauffages, ventilation et plomberie pour au moins 200.000€. Un chantier de rénovation énergétique doit avant tout s’intéresser à l’isolation, facteur déterminant pour la diminution des dépenses. Seuls de tels investissement permettront de diminuer l’énergie consommée dans ce complexe qui correspond actuellement à l’équivalent de 60 maisons récentes de 100 m² (pour les spécialistes : 286 000 Kwh pour une facture de 21.000€).

Et pour les autres bâtiments de la municipalité comme par exemple la salle Héraclès, l’école Joseph FRAUD ou le système de chauffage d’Alexandre Vincent ? Rien.

Alors nous le demandons solennellement, quelle est la réelle politique de transition énergétique de la municipalité ? Nous sommes conscients de la complexité de ce dossier mais qui doit être géré avant tout par le bon sens. Nous avons besoin collectivement d’une démarche durable, sincère et non encore une fois de plus d’effets de communication.

Les conseillers municipaux du groupe « Vivre à Treillières » : Emmanuel Renoux, Soumaya Bahiraei, Alain Blanchard, Martine Morel, Jean-Pierre Tual, Joëlle Chesnais

Le conseiller communautaire du groupe « Vivre à Treillières » : Emmanuel Renoux