Expression politique du groupe d’élus Vivre à Treillières – Juillet 2015

La conférence sur le climat est à la une de tous les médias jusqu’à la fin de l’année. C’est la mobilisation générale. L’enjeu est très clair : renoncer à une partie des énergies fossiles encore dans nos sous-sols afin d’éviter de futures catastrophes. Pas facile… Les collectivités peuvent participer à ce défi par leurs investissements. Un exemple concret : les piscines intercommunales de Nort sur Erdre et Treillières qui s’inscrivent dans le plan départemental piscine couvrant toute la Loire Atlantique.

En 2011, nous avions choisi le bois comme énergie des piscines et avions créé une filière pour produire les copeaux de bois issus de l’entretien des haies. C’était innovant, ambitieux et déclencheur d’un cercle vertueux : entretien des paysages, production locale et valorisation des déchets, consommation locale dans nos équipements publics. Cette ambition a été tenue pour la piscine de Nort sur Erdre mais abandonnée par la nouvelle majorité pour la future piscine de Treillières avec le choix d’une chaufferie au gaz naturel.

Le 5 mai dernier, nous avons demandé au vice-président de la communauté de communes et aux 2 élus treilliérains qui participent à ce comité –le maire et un adjoint- les comptes rendus des 3 réunions qui ont abouti à cette décision. A l’heure où nous remettons cet article, toujours aucun retour…

Alors pourquoi un tel abandon ? On nous dit qu’il y a eu quelques problèmes de qualité sur les premières fournées de bois consommées à Nort. Des agriculteurs resteraient à motiver car le prix d’achat de leur production de bois n’est pas encore assez attractif. Bref, tout ce process est en cours d’amélioration. Ceci dit, ce sont là des difficultés bien normales pour une entreprise qui a 3 ans d’existence à peine. Mais c’est oublier que les émissions de gaz à effet de serre sont 18 fois moins importantes pour le bois déchiqueté par rapport au gaz naturel.

Etre élu, c’est aussi faire des paris, c’est croire qu’à notre petit échelon on peut aussi agir. Equiper nos 2 équipements aquatiques de chaufferie au bois était un beau projet. Dommage pour la piscine de Treillières. Voilà une belle occasion ratée de préparer un avenir un peu plus serein à nos enfants. Car qui va payer ? Eux, bien évidement.

Nous vous souhaitons de bonnes vacances.

Les conseillers municipaux du groupe « Vivre à Treillières » : Emmanuel Renoux, Soumaya Bahiraei, Alain Blanchard, Martine Morel, Jean-Pierre Tual, Joëlle Chesnais

Le conseiller communautaire du groupe « Vivre à Treillières » : Emmanuel Renoux