Expression politique du groupe d’élus Vivre à Treillières – 4e trimestre 2017

Le 28 mars 2014 lors du premier conseil municipal du mandat nous nous étions engagés à être une «opposition vigilante et attentive mais aussi constructive», «capable d’être force de proposition dans l’intérêt général de nos concitoyens». Ecartant la facilité d’une opposition systématique, notre ténacité à comprendre tous les dossiers et notre transparence dans nos arguments ont rendu notre travail sérieux et respecté depuis 3 ans. Cela se ressent dans les décisions du conseil municipal où nos interventions ou nos votes CONTRE ont modifié certaines délibérations.

La majorité s’est lancée dans beaucoup d’investissements depuis 2013. Ça n’a été possible que parce que nous avons laissé une situation financière très saine au dernier mandat. La gestion financière actuelle de la majorité n’est que la parfaite continuité de la situation dont elle a héritée. La commune connait une augmentation de la population sans précédent. De 2008 à 2012, sous notre mandat, 91 nouveaux logements étaient accordés en moyenne par an. Notre actuel maire, alors dans l’opposition, trouvait que c’était trop. Depuis 2013, cette nouvelle majorité a autorisé 129logements/an en moyenne, soit+40%… Pas d’endettement, finances saines, recettes fiscales avec l’augmentation de la population, sans oublier une conjoncture économique inédite avec des taux d’emprunts quasi nuls et des réponses défiant toute concurrence des entreprises aux marchés de la commune, tout ceci permet les investissements en cours.

Parlons de ces investissements. Complexe sportif de la Rinçais (foot + boulodrome), multi-accueil, aménagement du parc du château, développement du réseau du tout à l’égout, Décathlon, piscine, future zone économique de la Belle Etoile avec le développement du Super U qui restera près du bourg, tous ces projets ont été décidés avant 2013. La majorité les met en œuvre dans les faits, mais c’est bien la continuité de nos choix politiques et nous ne pouvons que nous en satisfaire.

En revanche, nous sommes critiques sur plusieurs points. D’abord l’enfance/jeunesse. Un manque d’anticipation sur la saturation des écoles, un pôle enfance détruit en 2015 et en attente de reconstruction depuis 2 ans, un service animation jeunesse qui a fermé ses portes, l’enfance/jeunesse est maltraitée par la majorité. Elle met en avant la future école maternelle. Mais cette structure va vite se révéler insuffisante et mal conçue.

Notre plus grand désaccord porte sur l’aménagement en face de la mairie. Tout ce quartier n’est que l’affaire de promoteurs : aucune réflexion ni concertation au préalable, pas de différentes alternatives à choisir, pas d’appel d’offres pour la distribution des terrains. Le comble est que la majorité vient de lancer sur le bourg 2études, une urbaine, une sur l’avenir du commerce, alors que finalement, il n’y a plus de véritable enjeu avec tout ce quartier dorénavant et définitivement figé. Les choses sont faites à l’envers. La majorité a fait le choix de mettre comme élément central une résidence services séniors. Est-ce que cette résidence répond aux vrais besoins des familles treilliéraines et de leurs séniors ? Nous en doutons fortement et il n’y a eu aucune réflexion ni étude pour y répondre. Nous sommes convaincus et nous avons souvent alerté qu’il aurait fallu réfléchir au tertiaire (et donc de l’emploi) en plein bourg, à la place de la voiture et au stationnement avant d’aménager tout ce quartier.

Nous sommes critiques face à cette gestion du développement de la commune au coup par coup. On entend souvent la majorité argumenter que tout cela «va être beau». Mais cela cache un manque réel de décisions novatrices et à long terme notamment sur le défi de la transition énergétique que pourrait bien mieux relever notre commune, sans oublier le manque de concertation. D’ailleurs, où en est l’engagement de la majorité de consulter la population par référendum sur les grands projets ?

«Bien vivre» à Treillières, «ville où il fait bon vivre» : derrière ces expressions que tout le monde reprend, qu’est-ce que cela veut dire exactement pour les Treilliérains ? Nous sommes persuadés que Treillières doit s’engager sur une dynamique qui la sorte de son plus grand danger : devenir une «ville dortoir». Nous avons lancé des propositions ces derniers mois mais il faut aller plus loin. Plus largement, il faut se demander comment préparer l’avenir de la commune où ses jeunes ont envie de rester. Nous comptons en particulier sur le monde associatif si riche et vivant pour être force de proposition, et nous saurons les écouter. Nous invitons tous celles et ceux qui veulent y réfléchir à nous rejoindre et à construire une dynamique enthousiasmante pour notre commune.

Les conseillers municipaux du groupe « Vivre à Treillières » : Emmanuel Renoux, Soumaya Bahiraei, Alain Blanchard, Martine Morel, Jean-Pierre Tual, Joëlle Chesnais