Expression politique du groupe d’élus Vivre à Treillières – Trimestre2 2016

En janvier notre maire a pris un arrêté municipal pour lutter contre les troubles à l’ordre public. Le tribunal administratif l’a suspendu le considérant totalement disproportionné. « Dont acte » a répondu le maire en conseil municipal du 2 mai. Il a revu sa copie et a proposé un nouvel arrêté municipal beaucoup plus adapté et raisonnable. Même si nous sommes davantage satisfaits de cet arrêté, les questions de fond ne sont toujours pas traitées. Quelle efficacité d’une telle mesure ? A quoi servent les 20 caméras installées ?

Autre sujet du moment : nos écoles primaires publiques.

Avec l’augmentation du nombre d’enfants, des nouveaux locaux seront livrés en 2018. En mars, nous avions prévenu la mairie qu’elle avait mal anticipé les effectifs de la rentrée 2016, en particulier à l’école J.Fraud. Au 8 juin, la réalité rattrape la majorité municipale : les effectifs des écoles sont en croissance partout. Une ouverture de classe parait nécessaire à J.Fraud mais le maire n’en veut pas.

Il trouve comme solution de supprimer l’accueil des moins de 3 ans dans les 2 écoles de La Chesnaie et de J.Fraud pour limiter la croissance des effectifs. Cela n’empêchera pas une situation alarmante pour l’école J.Fraud à la rentrée.

La moyenne par classe sera supérieure à 27 élèves avec des maternelles à 30 élèves, et sans tenir compte des inscriptions à venir d’ici là ! Cette situation entrainera des conditions insupportables pour les enfants, les familles et les enseignants, et cela dans toutes les écoles.

Face à ce constat, la solution que nous avons proposée en conseil municipal est la mise en place d’un modulaire à J.Fraud. Devant notre insistance, la première adjointe a fini par affirmer que la municipalité s’adapterait à la situation.

Nous demandons aussi que le maire revienne sur sa décision de ne pas accueillir les moins de 3 ans. C’est une régression sans précédent du service public. La première adjointe a laissé entendre que c’est compensé par des places supplémentaires à La Passerelle ! Remplacer l’accueil des 2-3 ans – soit 4,5 jours d’éducation à l’école publique et gratuite – par 2 ou 3 heures dans une structure payante – La Passerelle – ce n’est pas cette vision-là du service public que nous avons à Vivre à Treillières !

Les conseillers municipaux du groupe « Vivre à Treillières » : Emmanuel Renoux, Soumaya Bahiraei, Alain Blanchard, Martine Morel, Jean-Pierre Tual, Joëlle Chesnais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *