Alter-Echos – Septembre 2017

Parmi les différentes informations de notre Alter-Echos de septembre 2017, nous avons choisi de vous parler plus en détail de la fermeture du service animation jeunesse qui occupait les jeunes treilliérains depuis 15 ans et des manqués de la nouvelle halle de raquette.
Nous vous présentons également nos propositions pour l’aménagement du territoire (validées par les 12 communes de la CCEG !) et notre volonté d’offrir du 100% bio et local dans nos cantines. 

Télécharger l’Alter-Echos de septembre 2017

Alter-Echos – Mars 2017

Avec ce premier numéro de son Alter-Echos – l’autre information de l’opposition, Vivre à Treillières fait évoluer ses tracts vers un journal d’information et de réflexion sur l’actualité et le futur de notre commune. 
A la lecture de ce premier numéro, vous en saurez plus sur l’occasion ratée de redessiner le coeur de bourg avec le nouveau quartier des stades, les objectifs manqués par la future école et l’avenir ambitieux mais réaliste du recyclage de nos déchets. Vous vous régalerez également de quelques brèves. 

Télécharger l’Alter-Echos de mars 2017

Tract – Avril 2016

Le 26 janvier 2016, un Arrêté du maire de Treillières interdisait tout rassemblement d’individus hors manifestation à caractère associatif pendant une durée d’un an et sur la majeure partie du bourg. Grâce à un recours mené par Emmanuel Renoux, le tribunal administratif suspendait l’arrêté le 1er avril 2016. Celui-ci était jugé disproportionné par rapport à l’objectif de préservation de la sécurité et de la tranquillité publique.
Notre tract d’avril 2016 vous permet d’en savoir plus sur les raisons de notre désaccord envers cet arrêté qui remettait en cause la liberté des treilliérains.

Télécharger notre tract d’avril 2016

Tract N°49 – Juillet 2014

Toujours plus engagée dans son rôle d’acteur de la vie municipale, Vivre à Treillières continue à vous informer en vous laissant juge des faits.
Si cela avait surpris lors des municipales, les européennes l’ont clairement conforté : Treillières voit son électorat basculer à droite, très à droite.
Dans notre tract N°49, notre inquiétude se porte également sur la direction que prend l’intercommunalité avec des premières décisions choquantes et sur la rentrée qui s’annonce compliquée pour certaines familles du fait des choix de la municipalité dans la mise en oeuvre des nouveaux rythmes scolaires.

> Télécharger le tract N°49

Tract N°48 – Septembre 2013

Notre tract N°48 met en exergue trois exemples de la « gestion » de la majorité municipale dont le socle semble être la vision à court terme, le repli sur soi, le conservatisme et l’abandon de la notion d’intérêt général…
Convention de restauration avec le collège privé, rejet du PEAN, déménagement des grandes enseignes… sur tous les dossiers, les élus de Vivre à Treillières restent vigilants face à la désinformation systématique et aux décisions prises à la va-vite par la majorité municipale. 

> Télécharger le tract N°48

Tract N°47 – Juin 2013

En lisant notre tract N°47, vous aurez des éléments pour juger par vous-mêmes des décisions prises par la nouvelle majorité, qui nous paraissent être souvent prises en dépit du bon sens.
Vos impôts doivent-ils servir à dépenser près de 600000 euros pour rénover partiellement une vieille bâtisse ?
Pourquoi vouloir raser le centre de loisirs, bâtiment du patrimoine communal, datant de 1884 ?
Protéger nos paysages, notre campagne, notre agriculture ne mérite-t-il pas plus de conviction ?
Pourquoi chercher à déplacer le supermarché en dehors du bourg, au détriment de l’intérêt de la population ?
Comme vous, toutes ces questions, nous nous les posons. Vous avez votre mot à dire. Ne laissez pas cette nouvelle majorité compromettre votre cadre de vie !

> Télécharger le tract N°47

Tract N°46 – Février 2013

«Des résultats préoccupants», «faillite de la commune»… C’est ce que chacun a pu lire dans le magazine municipal de Treillières n°54 de janvier-février 2013, transformé en tract partisan par la droite municipale.
L’équipe menée par Émile Savary, élue en 2001 et reconduite en 2008, aurait-elle été si peu sérieuse dans sa gestion de la commune ?
Il n’en est rien, heureusement. Notre tract N°46 vous le montre.

> Télécharger le tract N°46